Publications

Radios

 

Logo de France Culture

France Culture

«Le Temps des libraires»
Christophe Ono-Dit-Biot

Lundi 15 juin 2015
Aujourd'hui Emily Vanhée de la
librairie Les Lisières, à Roubaix,
nous présente un roman français:
Un roman anglais,
de Stéphanie Hochet,

Site: Le Temps des libraires

 

Logo de RFI

RFI

Vous m'en direz des nouvelles
Présenté par Jean-François Cadet

Mercredi 17 juin 2015 à 13h10

Site: Vous m'en direz des nouvelles

Logo de Contact FM

Contact FM

«des livres et vous»
Valérie Cascio

Jeudi 13 novembre 2014 à 10h

Site: Contact FM

 

Logo de France Culture

France Culture

«Carnet nomade»
Colette Fellous

Samedi 17 janvier 2015 à 20h

Site: Carnet nomade

 

Logo de RTL

RTL

«Laissez-vous tenter»
Bernard Lehut

Lundi 21 avril 2014 à 9h

Site: RTL «Laissez-vous tenter»

 

Logo de France Bleu Vaucluse

France Bleu Vaucluse

«France Bleu Vaucluse tourne les pages»
Nathalie Mazet

Dimanche 20 avril 2014 à 10h

Le coup de coeur de Gilles Paris

Site: France Bleu Vaucluse

 

Logo de France Inter

France Inter
Le 7-9 du week-end

Émission de Patricia Martin

Dimanche 31 mars à 7h15

Site: Le 7-9 du week-end

 

Divers

Lire l'étude de Lilian Auzas
"Voyage en pathologie",
la maladie et les personnages
dans l'œuvre de Stéphanie Hochet

Lire l'article de la psychanalyste et romancière Sarah Chiche à propos de Sang d'encre

25 mai 2016

Cliquer pour agrandir

Couverture du livre Éloge du chat - Éditions Rivages

Éditions Rivages

Cliquer pour agrandir

Couverture du livre Éloge du chatÉloge du chat

Éditions Léo Scheer (avril 2014)

Comment, au cours de l'histoire, le chat est-il devenu un animal emblématique?

Stéphanie Hochet quitte exceptionnellement le genre roman pour nous raconter, dans un essai tout littéraire, comment le chat, animal jugé cruel, sournois et hautain est devenu l'un de nos préférés.
Véritable dieu pour les Égyptiens, qui lui donnèrent les traits de la déesse de la virginité, Bastet, aussi dangereuse que protectrice, le chat a vu son image évoluer au fil des siècles. En particulier en Occident, où il est passé du statut d'ami des sorcières, banni de la société, à l'utile chasseur de souris, pour finir en potentat domestique, adulé et sublimé dans de nombreuses oeuvres d'art. Animal flexible, qui a compris que la souplesse et la ruse étaient plus efficaces que la force, le chat a une position unique: mi-sauvage, mi-domestique, il profite autant de sa liberté naturelle que du confort de nos habitations modernes.

Le poète T.S. Eliot, Maupassant, l'écrivain japonais Natsume Sôseki (et son livre Je suis un chat où le narrateur est un chat philosophe), Le Chat botté de Charles Perrault, Balzac dans les Peines de coeur d'une chatte anglaise, Baudelaire, Colette, Marcel Aymé et Les Contes du chat perché, Pascal Quignard, le cinéaste Jacques Tourneur et son film fantastique La Féline, Amélie Nothomb dans Le Fait du prince, et bien d'autres artistes font la part belle à cet animal à la dimension magique, dans lequel beaucoup se reconnaissent.
Àla fois indépendant et séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal, tout comme le rapport que nous entretenons avec lui. Ne symbolise-t-il pas autant la sensualité que la mort - Eros et Thanatos -, suscitant ainsi un comportement toujours excessif, que ce soit l'opprobre ou l'idolâtrie.

Cliquer pour continuer...

 

Couverture du livre Sang d'encreSang d'encre

Éditions des Busclats (février 2013)

"La fascination qu'exercent tatouages et tatoueurs sur le narrateur l'a conduit à dessiner pour l'un d'eux, son ami Dimitri. Mais il a longtemps résisté à offrir sa peau aux poinçons et à l'encre. C'est une phrase latine sur les heures qui passent Vulnerant omnes, ultima necat, (Toutes blessent, la dernière tue), qui le fera changer d'avis et bouleversera son existence. Dès que Dimitri la lui tatoue sur la poitrine, il devient un autre homme dans ses rapports aux femmes, au temps, à l'existence. Mais très vite l'encre des premiers mots pâlit et, étrangement, son sang en fait autant...
Dans une langue dense et puissante, Stéphanie Hochet écrit une fiction aux marges du fantastique, une méditation sensuelle sur le sang et l'écriture, la peau et la mémoire, les traces et l'oubli."

 

 

Couverture du livre Les ÉphéméridesLes éphémérides

Éditions Payot/Rivages (mars 2012)
Traduit en italien aux éditions La Linea.
Sélectionné pour le Prix littéraire des lycéens d’Île-de-France.

Le gouvernement anglais vient d'annoncer qu'un événement exceptionnel aura lieu le 21 mars. Chacun est sur le qui-vive. Tara et Patty dans leur ferme d'Ecosse, le peintre Simon Black à Londres, son amante Ecuador, Alice qui retourne à son premier amour et n'est pas au bout de ses surprises. Pendant trois mois, avant la date fatidique, un climat d'insurrection s'installe, c'est l'heure du dévoilement. (...)

Cliquer pour continuer...

 

Couverture du livre La distribution des lumièresLa distribution des lumières

Éditions Flammarion (septembre 2010)
Prix Thyde Monnier de la Société des Gens de Lettres.

À première vue, Aurèle est simplement une adolescente dévergondée. Elle ne se sépare jamais de son frère Jérôme, qui incarne la figure de l'idiot au sens propre. Ils vivent tous deux dans la banlieue de Mortissieux, près de Lyon. Au collège, ils suivent les cours de musique d'Anna Lussing. Anna qui devient pour Aurèle une obsession, un manque, puis une cible.(...)

Cliquer pour continuer...

 

 

Couverture du livre Combat de l’amour et de la faimCouverture du livre Combat de l’amour et de la faimCombat de l’amour et de la faim

Éditions Fayard (janvier 2009)
Prix Lilas.

Si ce roman se passe au début du XXème siècle, dans le sud des États-Unis, époque et territoire qui me sont étrangers, c'est parce que cette histoire de coureur de dot ne pouvait avoir lieu que là, sur ces terres puritaines hantées par l'idée du péché. Mon personnage est un aventurier de l'amour, et l'Amérique convient à son sens de l'aventure. (...)

Cliquer pour continuer...

 

 

Couverture du livre Je ne connais pas ma forceJe ne connais pas ma force

Éditions Fayard (septembre 2007)

Je m’appelle Karl Vogel, j’ai quinze ans et je suis atteint d’un cancer du cerveau. Ma mère m’a conduit à l’hôpital avec la tête d’une femme qui va perdre son fils. Je ne savais pas où j’allais trouver la force de lui donner tort. Entre deux séances de chimiothérapie, j’ai commencé à m’intéresser à l’athlétisme. La perfection des corps, la santé triomphante et glorieuse avaient naturellement tout pour me plaire. Et j’ai rapidement compris que cette perfection n’était pas le simple fruit du hasard, mais le résultat d’un travail acharné. A cet égard, les champions du IIIème Reich m’ont particulièrement aidé. (...)

Cliquer pour continuer...

 

Couverture du livre Les infernalesLes infernales

Éditions Stock (2005)

Qu'est-il arrivé à Jessica Tignard? Comment la jolie petite fille aux dons prodigieux qui subjuguait son entourage, l'enfant star de la pub, est-elle devenue cette femme terne et gauche, à la fois soumise et revêche?....
C'est une sorte de crime parfait que nous conte Stéphanie Hochet. Un crime sans cadavre, car Jessica vivra très vieille aux côtés de Camille Mouche, son ancienne rivale sur les castings, celle qui la détestait tout en voulant lui ressembler.....
Quand elles se retrouvent quelques années plus tard, Jessica est vendeuse de cosmétiques, Camille vient de publier un livre. Elles vont sceller un pacte tacite qui fera de Jessica la conseillère littéraire, puis l'esclave, de sa diabolique compagne. (...)

Cliquer pour continuer...

 

Couverture du livre L’apocalypse selon EmbrunL’apocalypse selon Embrun

Éditions Stock (2004)

Anne et Albert se préparaient une existence simple et tiède dans un petit village à la campagne. Mais leur amour décline. Le jour où leur vient une petite fille chétive et brune qu'ils nomment Embrun (en hommage à un poème de Victor Hugo), le couple se sépare. Anne connaîtra pendant quelques années une vie amoureuse agitée.
Embrun n'est ni jolie ni attachante. Sa présence provoque la gêne et le malaise, elle dégage une énergie obscure qui déstabilise son entourage. Elle sera une élève médiocre, dissipée et exaspérante, impossible à cerner. Est-elle moqueuse ou attardée? Quand Anne va tenter de refaire sa vie avec Franz, déjà père de deux enfants, les pulsions sadiques et la perversité d'Embrun vont perturber l'équilibre  (...)

Cliquer pour continuer...

 

Couverture du livre Le néant de LéonLe néant de Léon

Éditions Stock (2003)

«Le Néant de Léon est le récit d'un naufrage familial. Si l'élément le plus perturbateur de la famille Sybar est Léon, un adolescent apathique - matérialisation du vide -, il n'est pas le seul personnage à bouleverser les certitudes de son père P.D.G., Paul. Ses retrouvailles avec un ancien ami surdoué devenu chauffeur de taxi l'interloquent: il rencontre un homme qui a choisi un emploi "indigne de lui" pour fuir la pesanteur des contraintes sociales. (...)

Cliquer pour continuer...

 

 

 

Couverture du livre Moutarde douceCouverture du livre Moutarde douce - Éditions PocketMoutarde douce

Éditions Robert Laffont (2001)

Un jeune écrivain, auteur de best-sellers, reçoit des lettres écrites par des adolescentes, toutes différentes, toutes folles de lui. Certaines veulent le rencontrer, d'autres se confier, d'autres encore coucher avec lui... Rien ne semble devoir nuancer leur passion, leurs exigences. Le jeune homme a par ailleurs une femme dans sa vie, mais celle-ci se trouve en prison, probablement pour des (petites) affaires  (...)

Cliquer pour continuer...