Publications

Radios

 

Logo de France Culture

France Culture

«Le Temps des libraires»
Christophe Ono-Dit-Biot

Lundi 15 juin 2015
Aujourd'hui Emily Vanhée de la
librairie Les Lisières, à Roubaix,
nous présente un roman français:
Un roman anglais,
de Stéphanie Hochet,

Site: Le Temps des libraires

 

Logo de RFI

RFI

Vous m'en direz des nouvelles
Présenté par Jean-François Cadet

Mercredi 17 juin 2015 à 13h10

Site: Vous m'en direz des nouvelles

Logo de Contact FM

Contact FM

«des livres et vous»
Valérie Cascio

Jeudi 13 novembre 2014 à 10h

Site: Contact FM

 

Logo de France Culture

France Culture

«Carnet nomade»
Colette Fellous

Samedi 17 janvier 2015 à 20h

Site: Carnet nomade

 

Logo de RTL

RTL

«Laissez-vous tenter»
Bernard Lehut

Lundi 21 avril 2014 à 9h

Site: RTL «Laissez-vous tenter»

 

Logo de France Bleu Vaucluse

France Bleu Vaucluse

«France Bleu Vaucluse tourne les pages»
Nathalie Mazet

Dimanche 20 avril 2014 à 10h

Le coup de coeur de Gilles Paris

Site: France Bleu Vaucluse

 

Logo de France Inter

France Inter
Le 7-9 du week-end

Émission de Patricia Martin

Dimanche 31 mars à 7h15

Site: Le 7-9 du week-end

 

Divers

Lire l'étude de Lilian Auzas
"Voyage en pathologie",
la maladie et les personnages
dans l'œuvre de Stéphanie Hochet

Lire l'article de la psychanalyste et romancière Sarah Chiche à propos de Sang d'encre

Couverture du livre Je ne connais pas ma forceJe ne connais pas ma force

"Son livre est une métaphore de l'adolescence et de ses fascinations envahissantes, dont on finit par sortir comme d'un rêve.
C'est époustouflant, la progression est inexorable, le style acéré comme les instruments de chirurgie. Elle m'a bluffée, Stéphanie. Jamais rien lu comme ça. Pas sentimental pour un clou, rien que du dur, très très bien."

Pierrette Fleutiaux
Romancière.

Éditions Fayard (septembre 2007)

"J'ai commencé à écrire à l'âge de vingt et un ans. À cette époque, je suivais des études d'anglais, un peu par hasard. J'ai compris depuis qu'il m'avait fallu prendre du recul vis-à-vis de ma langue maternelle, pour y revenir avec plus de lucidité. Je ne connais pas ma force est mon cinquième roman. L'histoire d'un garçon de quinze ans atteint d'une tumeur au cerveau qui trouve la force de guérir en fantasmant sur la volonté de puissance. On connaît le mot de Flaubert: Madame Bovary c'est moi. Pourrais-je en dire autant de mon dernier héros? J'en ai peur."

Le mot de l'éditeur
Je m’appelle Karl Vogel, j’ai quinze ans et je suis atteint d’un cancer du cerveau. Ma mère m’a conduit à l’hôpital avec la tête d’une femme qui va perdre son fils. Je ne savais pas où j’allais trouver la force de lui donner tort. Entre deux séances de chimiothérapie, j’ai commencé à m’intéresser à l’athlétisme. La perfection des corps, la santé triomphante et glorieuse avaient naturellement tout pour me plaire. Et j’ai rapidement compris que cette perfection n’était pas le simple fruit du hasard, mais le résultat d’un travail acharné. A cet égard, les champions du IIIème Reich m’ont particulièrement aidé. Dès lors, j’ai décidé de devenir le führer de mon corps. Ma rage de guérir avait engendré ma volonté de domination. Mais celle-ci n’allait pas se limiter à mon organisme malade.

Extrait: Quand un garçon n'est pas sportif, il pense qu'il sera tenu à l'écart de la vie héroïque, il se sent obligé de compenser sa nullité par un don de l'esprit - chez moi, c'était la poésie: je m'étais reporté sur une autre forme de cadence. Mais au fond, il demeure frustré. Il ne connaîtra pas l'enivrement qu'il y a à sentir son corps palpiter et bouillir, il ne saura pas le miracle de la métamorphose.

Je ne connais pas ma force : It is the story of a 15-year-old boy suffering from brain cancer who finds the way to recover by imagining he can find moral strength in himself. Being in a state of physical distress, he concentrates on will power - such as Nietzsche theorized it - that arrives through images of the First World War, and as time goes on, through images that were conveyed by the nazi ideology. He perceives his body as a territory of his own which must be reconquered. During the meantime, he seems to recover. Following the deductive reasonning carried by his new faith he "extends his territory", domineers over other patients with seduction, decides who can live and who must die.

Retour sur Publications