Radios

 

Logo de France Culture

France Culture

«Le Temps des libraires»
Christophe Ono-Dit-Biot

Lundi 15 juin 2015
Aujourd'hui Emily Vanhée de la
librairie Les Lisières, à Roubaix,
nous présente un roman français:
Un roman anglais,
de Stéphanie Hochet,

Site: Le Temps des libraires

 

Logo de RFI

RFI

Vous m'en direz des nouvelles
Présenté par Jean-François Cadet

Mercredi 17 juin 2015 à 13h10

Site: Vous m'en direz des nouvelles

Logo de Contact FM

Contact FM

«des livres et vous»
Valérie Cascio

Jeudi 13 novembre 2014 à 10h

Site: Contact FM

 

Logo de France Culture

France Culture

«Carnet nomade»
Colette Fellous

Samedi 17 janvier 2015 à 20h

Site: Carnet nomade

 

Logo de RTL

RTL

«Laissez-vous tenter»
Bernard Lehut

Lundi 21 avril 2014 à 9h

Site: RTL «Laissez-vous tenter»

 

Logo de France Bleu Vaucluse

France Bleu Vaucluse

«France Bleu Vaucluse tourne les pages»
Nathalie Mazet

Dimanche 20 avril 2014 à 10h

Le coup de coeur de Gilles Paris

Site: France Bleu Vaucluse

 

Logo de France Inter

France Inter
Le 7-9 du week-end

Émission de Patricia Martin

Dimanche 31 mars à 7h15

Site: Le 7-9 du week-end

 

Divers

Lire l'étude de Lilian Auzas
"Voyage en pathologie",
la maladie et les personnages
dans l'œuvre de Stéphanie Hochet

Lire l'article de la psychanalyste et romancière Sarah Chiche à propos de Sang d'encre

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Couverture du livre Éloge du ChatÉloge du Chat

Éditions Léo Scheer

 

Couverture du livre Éloge du chat - Éditions Rivages

«Je voudrais vous parler d’un personnage omniprésent dans la littérature. Un personnage discret et remarquable, connu de tous et mystérieux ; arriviste peut-être, il sait aussi séduire et fasciner. Le chat est ce personnage aux formes multiples, infiniment flexible.
Comment se douter qu’un être si petit, si familier avait investi les listes des dramatis personae? Son animalité, les masques variés avec lesquels il se déplace dans les œuvres ne le rendent pas moins prépondérant dans les romans, que dans la poésie ou le cinéma. Prépondérant, mais si délicat à cerner qu’il me fallait en faire un livre. Je n’étais pas au bout de mes découvertes. Se pouvait-il, pour paraphraser Rilke, que je prétendais connaître les chats avant d’avoir écrit sur eux?»
S. H.


Éditions Rivages

 

Allain Bougrain Dubourg évoque
"Eloge du chat" dans sa chronique
du dimanche 22 mai, sur France Inter

Écouter à partir de 4mn50

 

 

Présentation de l'éditeur

 

Comment, au cours de l'histoire, le chat est-il devenu un animal emblématique?

Stéphanie Hochet quitte exceptionnellement le genre roman pour nous raconter, dans un essai tout littéraire, comment le chat, animal jugé cruel, sournois et hautain est devenu l'un de nos préférés.
Véritable dieu pour les Égyptiens, qui lui donnèrent les traits de la déesse de la virginité, Bastet, aussi dangereuse que protectrice, le chat a vu son image évoluer au fil des siècles. En particulier en Occident, où il est passé du statut d'ami des sorcières, banni de la société, à l'utile chasseur de souris, pour finir en potentat domestique, adulé et sublimé dans de nombreuses oeuvres d'art. Animal flexible, qui a compris que la souplesse et la ruse étaient plus efficaces que la force, le chat a une position unique: mi-sauvage, mi-domestique, il profite autant de sa liberté naturelle que du confort de nos habitations modernes.

Le poète T.S. Eliot, Maupassant, l'écrivain japonais Natsume Sôseki (et son livre Je suis un chat où le narrateur est un chat philosophe), Le Chat botté de Charles Perrault, Balzac dans les Peines de coeur d'une chatte anglaise, Baudelaire, Colette, Marcel Aymé et Les Contes du chat perché, Pascal Quignard, le cinéaste Jacques Tourneur et son film fantastique La Féline, Amélie Nothomb dans Le Fait du prince, et bien d'autres artistes font la part belle à cet animal à la dimension magique, dans lequel beaucoup se reconnaissent.
Àla fois indépendant et séducteur, sauvage et affectueux, le chat est paradoxal, tout comme le rapport que nous entretenons avec lui. Ne symbolise-t-il pas autant la sensualité que la mort - Eros et Thanatos -, suscitant ainsi un comportement toujours excessif, que ce soit l'opprobre ou l'idolâtrie.

Extrait

"Il y a une peur et un mystère. Le mystère chat que nous ne parvenons pas à saisir. Il semblerait que nous nous reconnaissons en lui. On retrouve en effet beaucoup de caractéristiques humaines chez le chat. Se peut-il que nous ayons attribué certains de nos défauts et qualités à l'animal aux griffes rétractiles? La littérature a beaucoup parlé du chat, le décrivant comme un mandarin gras et cruel, comme une femme amoureuse, comme un être rebelle ou un représentant du pouvoir...
Cet animal a inspiré l'homme dans ses représentations les plus importantes, qu'il s'agisse de la liberté, du pouvoir, de la féminité ou de la divinité. Il fut honni de la communauté humaine après avoir été divinisé. Le félin incarne les excès. Il les incarne avec aisance. Et ceci grâce à une qualité qu'on ne pourra pas lui enlever: la flexibilité. (...)

Le chat a ceci de commun avec Shakespeare que tout, absolument tout a été écrit sur lui, y compris qu'il n'existait pas. À nous de prouver qu'il existe. Et s'il a tant inspiré les plumes, c'est qu'à l'instar de Shakespeare, il est l'un des plus puissants miroirs de l'humanité qui fut.

Approchons donc le miroir du chat pour voir si le reflet renvoie l'image de l'homme ou peut-être l'autre part de la psyché humaine, l'inconscient que chacun promènerait comme son ombre - apprès tout, qu'est-ce qui ressemble autant à une ombre qu'un chat?"